Fortune et infortune

Pretty Woman – Garry Marshall – 1990

La Reproduction – Pierre Bourdieu & Jean-Claude Passeron – 1970

Edward Lewis est un riche homme d’affaires, cultivé et élégant, en voyage d’affaires à Los Angeles. Vivian Ward est une prostituée, pauvre, qui habite la banlieue de Los Angeles.

Les deux personnages de Pretty Woman sont tant éloignés dans l’espace social qu’on trouve dans ce film une exemplification quasi caricaturale des principes de capitaux qu’on retrouve dans l’œuvre de Pierre Bourdieu.

Edward cumule effectivement l’ensemble des formes de capitaux. Le capital économique, qui se caractérise par l’ensemble des ressources patrimoniales et les revenus, dont le personnage masculin du film dispose de manière conséquente. Le capital social, qui correspond à l’ensemble des ressources qui sont liées à la possession d’un réseau durable, de connaissances qui pourront être activées et permettre l’accroissement des autres formes de capitaux. On retrouve celui-ci notamment dans une scène particulière du film où, afin de concrétiser l’achat des actifs d’une entreprise qui permettra l’accroissement des richesses du groupe industriel d’Edward, il demande à son équipe de faire intervenir dans la balance un sénateur qu’il connaît afin de favoriser cette opération. C’est bien le capital social, très probablement hérité de son père, qui lui permet d’accroître son capital économique. Troisièmement, le capital symbolique, qui renvoie directement à la notion de prestige. Il s’agit d’un capital culturel ou économique reconnu. Il correspond ainsi au crédit que les autres nous accordent et le pouvoir sur eux qui en découle. Un grand nombre de moments dans le film mettent parfaitement en scène à la fois la teneur en capital symbolique d’Edward, dans le respect voire l’intimidation que sa personne engendre sur les autres, et l’absence de capital de Vivian, dont l’absence de capital culturel propre à la culture savante met à mal ses relations avec les vendeuses de Rodeo Drive, ou le fait que sa position sociale de prostituée ne lui accorde aucun crédit de la part de l’associé d’Edward.

C’est enfin sur la notion de capital culturel que le film prend un intérêt plus subtil. Le capital culture est cette forme particulière de capital engendré par la relative autonomie du champ culturel associé à l’idéal de méritocratie scolaire. Le capital culturel se distingue selon trois états : l’état institutionnalisé, sous la forme de diplômes, l’état objectivé, ce sont les biens culturels qu’on acquiert, comme les tableaux par exemple, et enfin l’état incorporé, ce sont les savoirs et savoir-faire propres à la culture savante. Tout l’enjeu du film va reposer sur le fait qu’Edward va transmettre, par générosité, charité ou amour selon la lecture qu’on en fait, ses capitaux à Vivian. S’il suffit à Edward de donner des liasses de billets pour partager son capital économique, de l’inviter à ses dîners d’affaires pour partager son capital social ou de la faire s’habiller différemment ou de la présenter en omettant son métier, associé à son compagnonnage, pour faire accroître son capital symbolique. La transmission de capital culturel, cependant, demandera plus d’efforts. Tellement d’efforts que c’est tout d’abord le directeur de l’hôtel de luxe qui va s’en charger, en lui apprenant les rudiments d’une utilisation bourgeoise de l’argenterie de table.  Il va alors l’emmener à l’opéra, lui disant qu’un amour réel de l’opéra ne s’apprend pas, oubliant peut-être toutes les dispositions qu’il a eu pendant son enfance qui lui ont rendu l’appréciation de cet art aisée. Cette scène fonctionne, pour Edward, comme un test : si elle aime l’opéra d’emblée, le plus gros du travail est fait, le reste ne sera qu’un apprentissage de surface afin de faire bonne figure en société. Mais si elle n’aime pas l’opéra, alors c’est peine perdue. Comment aimer quelqu’un qui n’aime pas ce que l’on aime ? Cette idée est d’ailleurs développée par Edward lui-même, l’opéra fonctionnant comme une métaphore : soit on aime tout de suite, intensément, et la vie sans ça paraîtrait bien fade, soit on n’aime pas, et on peut apprendre à apprécier, mais l’amour ne sera jamais vrai. Il s’agit bien ici de coup de foudre. Edward teste, grâce à la culture, le coup de foudre qu’ils vivent l’un envers l’autre.

Reste à comprendre pourquoi il choisit Vivian. Adoptons alors, pour poursuivre l’esprit de ce texte, une posture profondément anti-cinématographique qui consiste à se départir de l’amour et analysons cette relation de manière économique. Dans Fortune et infortune de la femme mariée François de Singly analyse le mariage en ces termes, en l’envisageant comme une manière pour les deux partis d’accroître leurs capitaux respectifs. Ainsi, de manière réductrice, le mariage devient une question de rendement de capitaux. On échange du capital économique contre du capital culturel par exemple, c’est le sens du couple Julia Robert / Andy Garcia dans Ocean’s Eleven, l’un est patron de Casino, sa femme est amatrice d’art. Dans le cas de Pretty Woman, il s’agit bien d’échanger toutes les formes de capitaux contre ce que Vivian a à échanger au début du film : ce qu’on pourrait appeler un capital esthétique. Dès lors, pourquoi Edward ne choisirait-il pas une femme qui correspond plus à sa classe sociale ? Pour deux raisons conjointes. D’un côté, car Edward ne veut pas d’une femme active, c’est aussi le sens du choix d’une prostituée : c’est l’assurance qu’elle quitte son emploi une fois mariée. L’autre raison, concomitante, c’est que les femmes de sa classe sociale et de sa génération sont soit déjà mariées, soit actives : l’absence de tâches domestiques inégalement réparties permet aux femmes célibataires d’exercer des métiers plus prestigieux. Ainsi, le choix se porte sur Vivian…

La fin du film vient cependant remettre une forme d’équilibre –certes, précaire – dans cette relation. La transmission de capitaux ne s’est faite effectivement que dans un sens tout au long du film. C’est ce déséquilibre drastique qui fera que Vivian s’en ira, de surcroît en laissant l’argent, car il n’est pas question de continuer ce transfert de capitaux. Si elle a tant reçu d’Edward, il s’agit maintenant qu’il reçoive d’elle. Ce qu’il va recevoir, et qui va sceller pour de bon leur amour, c’est un peu de compassion et un sens à sa vie. Face au refus de Vivian d’une vie d’opulence qui n’aurait pas d’autre sens que l’opulence elle-même, Edward va donner du sens à la sienne : il ne s’agit plus d’acheter une entreprise pour la casser et revendre les parties, il va maintenant s’agir de construire des choses, à commencer par un amour durable et réel.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.