La récréation

The Florida Project – 2017 – Sean Baker

La culture du pauvre – 1957 – Richard Hoggart

Juste à côté de Disneyland, en Floride, vivent dans un motel Halley et sa fille Moonee. C’est le début des vacances d’été. Le Motel est peint en violet, décoré comme les sont les motels avoisinants, comme dans une tentative d’enchantement qui ne fonctionne au fond que dans le regard des enfants. Ainsi, Moonee vit sa vie, avec ses amis estivaux rencontrés au gré des aventures qui rythment ses journées. Elle se goinfre de gaufres, elle salit des voitures ou embête le gérant du motel. Bref, elle fait des bêtises. Et même quand il s’agit de réparer une bêtise, sa mère l’encourage quand même à s’amuser. “Let them have fun” dit-elle à une mère qui souhaiterait plutôt voir les enfants prendre la mesure sérieuse de leurs actes.

Le film s’attache à montrer de manière quasi ethnographique l’environnement au sein duquel évolue le couple mère-enfant. Si les couleurs du film peuvent paraître pour certains comme étant criardes, ou comme le dit Didier Peron dans Libération : « une esthétique pimpante et pop art », c’est pour mieux faire ressortir, pour l’ensemble des sens, tout ce qui relève du quotidien des protagonistes. La photographie du film permet de sentir les odeurs qui se dégagent, de voir les couleurs des vêtements et des cheveux ou encore de goûter aux pancakes pris dans le diner. Au fond, ce que permet le film c’est prendre la pleine mesure esthétique de ce que le sociologue polonais Malinowski appelle « les impondérables de la vie authentique ».

En cela, le film fait écho à l’ouvrage du sociologue anglais Richard Hoggart, paru en 1957, La culture du pauvre. Dans ce livre, le sociologue s’attache à mettre en lumière la culture populaire. Loin d’un discours décliniste qui voudrait que la culture populaire soit profondément dévoyée par la culture de masse, que la classe populaire ne ferait qu’avaler passivement, Richard Hoggart montre comment la réception de la culture de masse s’articule de manière complexe avec les valeurs traditionnelles de la classe ouvrière. Mais, surtout, l’auteur démontre, à rebours des stéréotypes qu’ont les classes dominantes à l’égard des classes populaires, les régimes de réception dans lesquels ces dernières se trouvent face aux produits culturels de masses qu’ils consomment : une forme d’ironie, de scepticisme, de ce que Richard Hoggart appelle une « attention oblique ». Il produit cette analyse à travers une description minutieuse des savoirs, des façons de penser, de juger, d’apprécier, et plus globalement des modes de vie de la classe populaire. C’est un des tours de force que réussit également le film. Si l’action se situe dans un motel en marge de Disney Land, symbole de la culture de la masse, et qu’il est décoré à la manière d’un château destiné à une princesse, les personnages n’y croient jamais de manière aveugle. Loin de l’idée d’un peuple dénué de conscience réflexive, le film montre bien, comme Richard Hoggart, à travers le motel qui constitue les caractéristiques objectives des conditions de vie des personnages, que l’appartenance populaire se construit autour de l’intériorisation d’une exclusion.

La lecture du film qu’en fait Jean-Sébastien Chauvin dans Les Cahiers du cinéma, en qualifiant le film de « misérabiliste », passe complètement à côté de ce que le film raconte et mériterait par l’auteur l’ouverture d’un dictionnaire. Le misérabilisme, ou l’aristocratisme, place effectivement les classes populaires « sous le signe du manque » comme dirait Raymonde Moulin : un manque d’investissement, un manque de motivation ou un manque d’intérêt. Or, le film évite précisément une forme de dédain savant pour ses personnages. Le film ne tombe pas non plus dans la posture inverse, le populisme, qui verrait les classes populaires, comme le dit Richard Hoggart, à travers le « mythe du bon sauvage, doué d’un instinct autrement infaillible que le raisonnement du civilisé, fatigué et corrompu. »

Enfin, ce que le film montre très bien, à travers le prétendu laisser-aller de la mère, c’est le rapport à l’éducation des enfants dans certaines familles populaires. Richard Hoggart écrit à ce sujet là : « Cette attitude, qui peut sembler relever de l’inconscience, est en fait encouragée : les enfants auront toute leur vie pour trimer et bientôt les parents ne pourront plus faire grand-chose pour eux ; il faut que “les petits en profitent tant qu’ils le peuvent” ; après tout, “on n’est jeune qu’une fois !” »

Un peu avant, le même Richard Hoggart écrit : « Si l’on ne rencontre presque jamais chez les femmes du peuple une nostalgie douloureuse de la liberté perdue, c’est qu’elles n’ont jamais pensé que l’adolescence fut autre chose qu’une récréation. » La fin du film, ou Moonee se fait accompagner en courant, comme dans l’urgence, à Disney Land, c’est précisément ça : et si on faisait durer encore un tout petit peu la récré.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.